j't'aime

Nous préparons une rencontre avec vous,

public chéri !

Ça s'appellera "J't'aime" et ce sont des lettres d'amour.

De Apollinaire à Zola 

de Absence à Zéro,

en passant par romantisme et texto,

Nous déclinerons l'alphabet amoureux,

Une grande loterie où chaque soir

vous ferez tourner une roue de l'Amour

qui  désignera un auteur anonyme ou célèbre

ou un rapport amoureux,

chaque soir sera une rencontre nouvelle...

 Un spectacle pour réchauffer et émouvoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi ?

Mettre au défi l’Amour de répondre à nos douleurs d’un monde qui se perd et qui cultive sa violence, mettre en question l’amour lui-même égoïste égaré égocentrique, démasquer les faussaires qui écrivent l’Amour en déclaration de guerre, en bal tragique ou maladie de possession pour mieux laisser paraitre les poètes de l’Amour, ceux qui font renaitre l’être aimé à chaque mot dans sa beauté la plus innocente et qui subliment chaque désir, les plus triviaux, les plus quotidiens par un chant unique.

Dire les angoisses, les altérités, les aveuglements, les balbutiements, les catastrophes, les cœurs « qui se gonflent et qui déraillent exactement comme les sexes…» dans un abécédaire partial partiel qui suggère l’essentiel, c’est-à-dire la solitude de celui qui aime et qui écrit l’amour. Combien sommes-nous à écrire l‘amour, des milliers, des millions, des centaines de millions, des milliards qui le sait ? Mais ce que l’on sait, le discours amoureux est d’une extrême solitude, il est souvent moqué, déprécié ou pire ignoré. Il traverse la vie de chacun de nous, un court instant ou une éternité c’est selon, mais il n’est enseigné, transmis nulle part. Quelle autorité ou pouvoir nous donne sa connaissance du discours amoureux pour y voir clair ? Est-ce une fatalité que nous restions aveugle avec lui, la conscience nous enlève-t-elle l’innocence et toutes les dérives, les perditions, les iles désertes sont-elles nécessairement des possibles à explorer ?

Le discours amoureux à travers les lettres propose des portraits, il donne à entendre un « je », la place de quelqu’un qui parle en lui-même, amoureusement, face à l’autre, l’objet aimé, absent le plus souvent et qui ne parle pas.

Ce sont ces portraits qui en font théâtre, une dramaturgie de l’absence et du dialogue intérieur.

 

Envoyez nous des lettres, des mails, des SMS

Reçus, lus ou écrits par vous...

(Tout anonymat demandé sera respecté, il va de soi) 

Théâtre de l'Enfumeraie

11, rue du Moulin de Chaoué

02 43 80 40 08

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 de 3

Recherche

Saison 2016-2017