Accueil Nos textes Les lettres Lettre du 15 avril 2008
Lettre du 15 avril 2008

Chér-e-s Ami-e-s,

Je viens de découvrir un conte Tibétain, qui se raconte aussi en Chine. Bien qu’il commence par « Il y a bien longtemps de cela », sa sagesse n’a pas d’âge et il semble que notre monde ait toujours un grand besoin des contes. Cette histoire est celle du Chachatatutu, le plus petit des oiseaux vivant au Tibet.

Donc lorsque l’histoire commence, la Chachatatutu découvre qu’un rat a cassé deux œufs dans son nid pendant qu’elle cherchait à manger. Elle pleure, crie au malheur et va alors demander justice au phénix afin qu’il réprimande le rat et l’empêche de casser les autres œufs. « Ecoute Chachatatutu, tu me déranges pour bien peu de chose » juge le phénix, « je suis bientôt invité chez le rat et n’est nulle envie de me brouiller avec lui ».

Et de conclure, pendant que la Chachatatutu insistait, protestait : « C’est à la mère de protéger ses petits». « Roi des oiseaux, répond le petit oiseau, tu refuses de me rendre justice, je pense que tu as réfléchi aux conséquences, et bien je vais m’arranger pour protéger mon petit ». La Chachatatutu retourne à son nid, se saisit d’une brindille pointue en guise de flèche et attend le rat. Lorsque le rat arrive, elle brandit sa flèche et l’envoie se planter dans son œil. Fou de douleur, le rat s’engouffre dans la narine d’un tigre qui dormait au bord d’un lac.

Le tigre se réveille en sursaut et tombe dans l’eau. Le dragon qui flottait entre deux eaux le reçoit sur le dos et s’envole aussitôt. Furieux d’avoir été dérangé, le dragon fait tournoyer sa queue qui vient s’abattre sur la branche de l’arbre où le phénix avait déposé son œuf. « Tu es fou, qu’est-ce qui te prend de venir casser mon œuf, dragon de malheur ! Tu ne sais pas que je ne peux avoir qu’un œuf par an ! » Et le dragon répond : « Demande plutôt au tigre pourquoi il m’est tombé sur le dos ? » Qui lui répond : « Demande plutôt au rat pourquoi il a voulu m’étouffer en me bouchant le nez ? » Qui lui répond : « Va plutôt punir la Chachatatutu qui m’a crevé un œil sans raison alors que je me préparai paisiblement à t’accueillir ». Qui lui répond : « Ecoute Phénix, je trouve que tu me déranges pour bien peu de chose. Tu as perdu ton œuf, certes c’est malheureux, mais moi j’en ai perdu deux ! Et puis tu sais ce que tu m’as dit, c’est à la mère de protéger ses petits ! J’ai agi selon tes paroles et tes principes. Qu’as-tu donc à me reprocher ? »

L’histoire conclue qu’un petit rien mal réglé peut-être la cause de grand désastre.

2008 est l’année du rat en Chine ! De là à penser que la société des nations est un phénix qui perd son œuf chaque fois qu’un peuple est sacrifié sur l’autel des puissants ! Il y aura toujours de petits oiseaux tibétains pour envoyer des brindilles. Les rats n’ont qu’à bien se tenir ! Et si l’on veut éviter les désastres, le phénix peut choisir de faire respecter la justice. Ne pas cesser de le lui rappeler, chacun peut le faire à sa manière, comme disent les sportifs, l’important c’est de participer.
Nous nous inscrivons ce conte à notre répertoire et nous ne manquerons pas une occasion de le raconter.Notre mois de mai est riche en création, vous en trouverez le détail au verso. Nous espérons accueillir Joël Joanneau, un auteur de théâtre contemporain remarquable dont l’œuvre est publié chez Actes sud papier. Il viendra assister à la création de son texte le Condor et lira lui-même une des ses œuvres à la bibliothèque d’Allonnes. Ne pas manquer pas ce rendez vous exceptionnel.
Enfin pour annoncer l’été, il y aura “Le songe” et puis “Marceline” notre reine des potagers, elle cherche la graine perdue, la fragaria, la graine de l’amour...

Pascal Larue

 

 

Recherche

Consultez ou téléchargez notre porgramme 2017/2018 en bas de page.

Toutes nos lettres