Accueil Nos textes Les lettres Lettre du 10 septembre 2004
Lettre du 10 septembre 2004
Cher(e)s Ami(e)s,

Chaque année au moment d’écrire cette lettre vous présentant la saison nouvelle, je me pose la question : Quel est notre rôle à nous, les gens de théâtre, dans un monde qui semble avoir perdu ses illusions, ses utopies, un monde si prompt à produire du malheur, de la laideur et de la tristesse ?
Et si notre rôle était d’essayer de « ré-enchanter le monde ».
Comment accéder à cette tâche difficile ? Il faut sans cesse le questionner le monde, tel qu’il est ou tel qu’on peut le rêver, se réapproprier l’histoire, celle des hommes et celle des formes artistiques ; toutes les formes, nous devons les réinventer, de la vieille farce au poème le plus pur, du geste comique le plus trivial au mouvement le plus épuré, pour comprendre d’où nous venons et essayer dans cette reconstruction des enchantements passés d’en produire de nouveaux, et tenter de comprendre à travers nos personnages puis dans les contradictions de l’histoire, quel est ce monde, « meilleur », « désirable », « autre » dont nous rêvons.
Avec, disons, une petite certitude, ou plutôt un grand désir : Que chaque personnage ait une histoire visible, lisible, une chance et une force d’exister. A ce prix, difficile, exigeant, le théâtre a été, est et sera utile.
L’autre petite certitude ou grand désir est que votre présence à vous public est indispensable pour échafauder des réponses à nos questionnements.
Les amis qui viennent créer leur spectacle chez nous se posent cette question du ré-enchantement dans des formes très différentes. Nous vous espérons, comme l’an passé, toujours aussi nombreux et curieux de les rencontrer.

Le premier spectacle, créé au printemps, essaye justement de s’approprier une parole « brute de décoffrage » selon une juste formule d’une journaliste, celle des banlieues d’aujourd’hui est de dresser des portraits d’hommes, de femmes, pour qui, au-delà des malheurs de leur histoire, le merveilleux existe encore.
Ainsi, notre personnage « Michèle » qui à trente ans a épuisé toutes les galères possibles, puise « le miracle d’exister » et une philosophie sereine de la vie dans une passion pour les dauphins !

Le 24 septembre, un vendredi à partir de 19h nous ouvrons nos portes. Les artistes seront là pour présenter leur recherche.
Comme chaque année, nous préparons de quoi boire et trinquer, et vous, vous apportez un plat à partager.
Nous finirons la soirée par un spectacle promenade dans la forêt, « La Ballade de Lôn », avec les comédiens de l’Atelier de l’Orage… (Regardez le ciel et apportez la tenue appropriée).

A bientôt.

Pascal et l’Equipe du Théâtre
 

Recherche

Saison 2017-2018 rendez-vous en septembre pour tout savoir sur les spectacles à voir et les spectacles en cours de fabrication !

Toutes nos lettres