Accueil Nos textes Les lettres Lettre du 1er septembre 2010
Lettre du 1er septembre 2010
Chèr-e-s Ami-e-s,
Des évènements récents, en apparence sans rapport et à des milliers de kilomètre l’un de l’autre, nous renvoient une même réalité : Mépriser et dominer brutalement des personnes de cultures différentes de la sienne, cela se nomme le racisme...
Et le racisme est condamnable parce qu’il n’est pas bon pour l’Homme. Il n’est pas bon pour la victime évidement, mais il n’est pas bon pour celui qui en use. Il le rend méprisable, et cette fois à juste titre, et finit par justifier la violence à naitre en retour contre lui.
Ainsi les Roms et les Gens du Voyage sont désignés, à partir d’un fait divers, individus indésirable et dangereux par un président qui charge son ministre des polices, lui-même condamné pour racisme à l’égard d’une autre population méprisée, de les expulser. Nombreux et vite ! Ils sont pourtant citoyens,  français pour les uns, de l’Union Européenne pour les autres (qui nous rappellera le sens des mots, citoyen, Union…). Les naïfs se demanderont pourquoi un des nombreux conseillers n’a pas rappelé qu’aux heures sombres du passé, ils étaient déportés et exterminés avec d’autres, pour les similaires prétextes : tous des voleurs et des criminels ! (Le sous entendu est-il qu’il n’y a pas de voleurs, de criminels parmi nos élites de culture supérieure ?)
Imaginons qu’un juif ou un homosexuel commette une agression  contre un policier. C’est possible, aucune culture ou choix de vie ne nous protège contre cette possibilité. Imaginons qu’à la suite de cette violence, un décideur politique de haut niveau déclare : « Il y a parmi les juifs (ou les homosexuels) étrangers trop de personnes qui ne respectent pas nos lois… » Et imaginez que l’on expulse des groupes de personnes par dizaine au nom de cette identité… Je vois le tollé (justifié), les manifestations, les appels à la démission, peut-être même les commissariats, chargés de la besogne, attaqués (à juste titre et je serai au premier rang.).
Mais pour les Roms… ! De molles et tranquilles protestations. Où sont les voix promptes à dénoncer l’antisémitisme, l’homophobie (avec raison quand il y a lieu) ? Où sont les actes réels de protestation, pas ceux de principes et de bonnes consciences mais de véritables engagements pour empêcher les expulsions ? Finalement le tort des Roms est d’être des pauvres. Pas de bourgeoisie chez eux, pas d’élite présentable. Juste des gueux. Circulez. Les meilleurs vous donneront l’aumône et une bonne parole. Hypocrite façon de fermer les yeux sur les insultes et les matraques.
Mais à n’y pas faire attention, l’histoire nous rattrape toujours, elle peut pourrir les meilleurs, même les mieux armées à reconnaitre l’humiliation et le racisme. Ainsi, au moment où dans une Europe de paix, un peuple se voit stigmatisé pour de vils calculs politiciens, à des kilomètres, dans une région en guerre, des soldats élevés dans les écoles d’Israël où les photos des barbares nazis humiliant et massacrant leurs parents et grands parents étaient au  programme quotidien de leur enfance, ces soldats trouvent formidable (« le meilleur moment de ma vie écrit l’une ») d’être photographié au milieu d’hommes et de femmes, entravés, yeux bandés, à genou sur le sol…
Réprimandés et bien élevés, ils s’excusent nos braves puisqu’on leur demande, mais ne comprennent vraiment pas pourquoi. Humiliation ! Où ça ? Les palestiniens ? Mais voyons ce sont des pauvres, des guenilleux, tous des terroristes et des criminels non ? Nous défendons notre droit à la sécurité ! Comme les Roms finalement, on expulse hommes, femmes, enfants pour défendre nos droits à la sécurité et nos braves pandores doivent, ont l’obligation de se sentir fier et de trouver cela formidable. Le plus faible, le sans défense, on commence par l’abattre, par le mépris, illusion sans doute d’effacer ces propres humiliations, et ensuite… ? Être le valet des grosses fortunes et dire merci en recevant son enveloppe sous la table doit être humiliant en soi, mais quand le monde entier l’apprend et rigole, c’est surement intolérable. Et le racisme anti-Rom est de longtemps pour un certain nombre de Hongrois (de la 1er, 2ème, 3ème  génération… ?) un défouloir de frustration.
Quand aux soldats d’Israël, leur candide réponse explique beaucoup : « De toute façon le monde ne nous aime pas ! » Il faut donc un palestinien pour payer cette humiliation …!?
« Toute civilisation fondée sur le mépris doit nécessairement disparaitre. Et je ne parle pas du mépris en terme de morale, mais en terme de fonction : je veux dire le mépris comme institution, contient son propre dissolvant, et le dissolvant de ce qu’il engendre »  Cette conclusion écrite en 1972 par Jean Genet dont nous fêtons l’anniversaire cette année, concernait l’Amérique et le racisme des blancs à l’égard des noirs…

 Pascal Larue
 

Recherche

Saison 2017-2018 rendez-vous en septembre pour tout savoir sur les spectacles à voir et les spectacles en cours de fabrication !

Toutes nos lettres