Accueil Nos textes Les lettres Lettre du 9 septembre 2011
Lettre du 9 septembre 2011

Chèr-e-s Ami-e-s,

L’été est souvent propice aux sensations intuitions réflexions questions, toutes sortes d’ « ions » ?

Les ions sont des molécules ou atomes ayant perdu ou gagné un ou plusieurs électrons. Une perte d’électron donne une charge globale positive, un gain une charge négative. Il est intéressant de noter que dans la nature, un gagnant peu se retrouver chargé négativement et un perdant chargé positivement.

J’ai donc noté au cours de l’été, diverses émotions réactions réflexions vues, entendues ou imaginées. Je vous les livre en vrac, je n’ai pas encore fait mon addition pour savoir si la charge globale est positive ou négative.

A Avignon, où nous étions cette année, vous pouviez voir dans le festival dit In, l’officiel programmé par le ministère de la Culture, une cinquantaine de spectacles et dans le mal nommé Off, en fait le non officiel, mille cent quarante trois créations par jour. Pas facile d’être comédien.

On pouvait tout y voir, la noblesse et la misère du théâtre, dans le In comme dans le Off. Dans la presse et les grands médias nationaux les critiques des propositions du Off se comptaient sur les doigts d’une main tandis que les dissertations sur les représentations du In étaient légions.

Question d’un ami aux journalistes : Quelle différence entre une presse qui se dit libre et « la voix de son maitre » si un ministère décide pour vous ce qui mérite discussion ? Pas facile d’être journaliste.

 Réflexion d’Angelica Ionatos, une merveilleuse chanteuse et guitariste grecque, en Off pendant son concert :

-« Si à chaque fois que nous, européens, utilisions un mot d’origine grecque nous mettions deux centimes dans une cagnotte, la dette de la Grèce serait remboursée en moins d’une semaine. Des mots que vous utilisez depuis des siècles et qui vous ont été prêtés sans intérêt. » Pas facile d’être économiste.

 

Révélation d’un ancien rugbyman, entendu à la radio :

-« La graine de houblon est ovale, ce qui expliquerait les troisièmes mi-temps arrosées. »

Conclusion et interrogation : quand le rugbyman est rond à cause du houblon est-ce qu’il joue au foot ?

La Coupe du Monde commence bien. Pas facile d’être sportif.

Constatation suivant les études d’un sociologue, vu à la télé :- « Dans nos systèmes basés sur la compétition, les plus gentils au travail sont moins bien payés que les plus hargneux. »

Cogner plus pour gagner plus, slogan pour 2012 ? Pas facile d’être candidat.

Toujours à Avignon, je me souviens il y a quelques années, les nuits du festival, une jeunesse bigarrée et festive s’installait au pied des remparts tout autour de la ville. Colorés, plein d’odeurs, de musique, de rires et de cris, on appelait l’endroit les souks. Les braves gens ont obtenu l’interdiction pour trouble de l’ordre public. On trouve aujourd’hui tout autour de la ville les camionnettes des prostituées. Les braves gens préfèrent toujours le commerce à la jeunesse, l’esclavage à la liberté, la prostitution aux révolutions. Pas facile d’être brave.

Indignation en lisant dans un magazine que les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU vendent à eux seul plus des trois quarts des armes en circulation sur notre planète. Sur une autre page on signalait qu’un pompier pyromane avait été condamné à 4 ans de prison.  Pas facile d’être marchand d’armes pacifique.

« L’hypocrisie est un vice à la mode et les vices à la mode passent pour vertu ». Molière n’a pas vieilli.

Alors pour finir, cette réponse d’un expert officiel en théâtre à qui je confiais mon désir de jouer Brecht :

-« Brecht, Brecht, Pascal, le mur de Berlin est tombé, Brecht c’est fini. »

-« C’est vrai ? Et si je joue Molière, Louis XIV aussi est mort, alors Molière, c’est fini ? » Difficile d’être expert.

Notre saison qui vient s’annonce aussi variée et pleine de surprises que les nouvelles du monde, on vous espère le 8 octobre pour vous donner à rencontrer les enchanteurs que nous avons invités cette année…

 

Pascal Larue

 

Recherche

Saison 2016-2017

Toutes nos lettres