Accueil Nos textes Les lettres Lettre du 16 Janvier 2014
Lettre du 16 Janvier 2014

Ché-r-es Ami-e-s,
Yasmina nous a quitté,
elle fut dans notre adaptation du "désert" de Le Clézio
intitulé "les fils des nuages" une merveilleuse Leila,
lumineuse et incandescente...
 
Yasmina ma sœur, 
là où tu as choisi d'être,
pour toujours nous garderons de toi 
la trace d'une danse généreuse,
amoureuse et d'un parfum secret,
 
pour toujours tu nous laisses la  lumière de ton regard 
accompagnant l'autre l'ami 
d'un doux sourire dans la conversation
et une voix claire, et rassurante,
 
Yasmina l'aimante,
là où tu as choisi d'être, 
pour toujours tu nous as offert
le mouvement léger et vif de tes pas
dessin d'une danse offerte au vent et à la liberté du Levant,
et aux oiseaux, 
 
pour toujours tu nous as offert
posée sur l'eau dormante 
aux reflets de ton miroir
pour qui sait voir,
un cœur ouvert
 
Yasmina la dansante
là où tu as choisi d'être,
pour toujours tu nous laisses 
un rêve qui danse sur ta tête,
demoiselle du vent 
dont le nom est un secret,
 
Yasmina bonne mère 
pour toujours à nos cœurs 
l'écho de ta chanson,
et ta chanson est une eau dormante de l'amour 
et ton astre brillant une eau dormante du temps,
 
pour toujours nous parvient de toi
ce mystère délicat qui nous a pris dans ses bras 
l'abandon du corps qui danse virevolte glisse
et marche vers l'inconnu aimant,
préférant le silence des gestes,
pudeur d'une parole qui a peur de déranger 
 
Yasmina la douce
 pour toujours avec nous la discrétion
qui écoute avec ardeur et tendresse
sources des souvenirs qui réchauffe le cœur
pour toujours au fond de tes yeux nous verrons d'infinis sentiers,
la multitude des chemins où se perdent les soleils
et les carrefours d'ombres  posés sur ton sein
l'écho et son cri devenus chair,
 
là où tu as choisi d'être
Yasmina la bienveillante 
pour toujours étoile filante de la vie passante
à donner du temps de l'amour du mouvement 
prendre pour toi c’était prendre le pouls prendre le temps
et le perdre d'avoir tant donné 
 
Yasmina notre ami 
dors sans crainte à la lisière des mondes
pour toujours ta musique berce nos peines de l'absence,
pensant à toi nous dirons 
je t'aime sans peur et sans peine.
 
Pascal le 16 janvier 2014
 

Recherche

Saison 2017-2018 rendez-vous en septembre pour tout savoir sur les spectacles à voir et les spectacles en cours de fabrication !

Toutes nos lettres