Accueil Nos textes Les lettres
lettre septembre 2013

                                                                                                                                            

THEATRE DE L’ENFUMERAIE

Espace Educatif et Culturel Rue Georges Bizet

72700 ALLONNES

Tél : 02 43 80 40 08 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.theatre-enfumeraie.fr

Chèr-e-s ami-e-s,

Les mois à venir vont être particulier pour notre théâtre,

donc exception n’est pas coutume, je vais vous parler de nous.

D’abord notre salle de spectacle, le théâtre de Chaoué, va fermer…

(Non ne blêmissez pas pour devenir ensuite rouge écarlate

et descendre dans la rue poing levé !)

…fermer pendant un an pour travaux d’agrandissement.

Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles dans ce monde

où beaucoup de brutes cupides et stupides

font la une des journaux pour leurs exploits

et même gouvernent nos vies ici ou là.

Nos utopies ne sont pas toutes étouffées,

rénover un théâtre même dans une ville pauvre tel que la nôtre

est encore possible dans notre pays,

il y a des élus et gens de terrain qui savent que la création artistique

donne du sens à la vie d’une cité.

Il faut s’en féliciter et les féliciter.

Les travaux auront lieu toute l’année 2014.

D’autre part notre compagnie aura plus de trente cette année.

En 1980 un groupe de jeunes amateurs passionnés décide

de prendre la défense de Vaclav Havel,

à l’époque dramaturge tchèque emprisonné pour «dissidence»,

et joue «Procès à Prague» avec l’aide de

l’Association Internationale de Défense des Artistes

sous l’impulsion d’Ariane Mnouchkine.

De cet acte fondateur et de ce regroupement naitra en septembre 1981

« Alice au pays », son premier spectacle sous le nom de Théâtre de l’Enfumeraie.

L’association sera officiellement créée en janvier 1982.

En janvier 1985 une partie de ce groupe, devenu professionnel,

ouvrira la salle du« théâtre de Chaoué » au cœur de la cité d’Allonnes

dans une vieille grange perdue au milieu des immeubles

avec le soutien de la municipalité

et bientôt du département, de la région, du ministère de la Culture.

La fermeture pour travaux est donc l’occasion de fêter dignement

à la fois notre anniversaire et la fin d’un cycle.

Devant faire nos cartons pour déménagement en décembre

il nous reste octobre et novembre pour vous accueillir cette saison.

Avant cette mue nous souhaitons fêter cet anniversaire,

ce jubilé, avec les premiers qui ont fait résonner leur voix dans le vieux Chaoué,

qui ont ouvert cette salle et fait là leur premier pas.

Avec le temps nous nous sommes séparés

mais chacun a planté son propre théâtre tout prêt de Chaoué,

avec sa propre histoire, ses succès, chacun est resté « vivre et travailler au pays »,

c’était notre slogan des années 80. Résistants déjà aux délocalisations…

Chacun est resté fidèle à nos engagements de jeunesse

pour un théâtre d’art où poésie et citoyenneté font bon ménage.

Nous n’avons pas oublié Vaclav Havel

et chacun continue de chercher sur ce chemin.

« Vivre et travailler au pays » n’empêche pas d’être ouvert aux autres.

Alors avant fermeture pour travaux,

Annick, Catherine, Christine, Didier, Dominique,

Jacques, Maryline, Nathalie, Pascal, Pierre…

avec Gens Pluriel, Prospéro, Pazapa, NBA, L’Enfumeraie

viendront jouer leur petit dernier,

là où chacun a joué un des petits premiers…

Mais pour ne pas faire réunion d’anciens combattants

où anniversaire résonne souvent avec enterrement,

nous avons confié à un groupe de jeunes Allonnais de 15 à 18 ans,

en partenariat avec le service jeunesse,

la mission de raconter nos trente ans.

Ils ont réalisé un film magnifique,

une expo de nos photos les plus vieilles au plus récentes

et travaillé des extraits de trente pièces créées par notre théâtre.

Ainsi nous ouvrirons le 5 octobre par une fête anniversaire

dédié au théâtre amateur d’où nous venons,

vous pourrez y voir le film, les jeunes amateurs et les moins jeunes jouer…

Nous fermerons le 23 novembre

avec « la nuit du théâtre » ouverte à tous.

Nous vous espérons nombreux à venir jouer,

déclamer ou pousser la chansonnette

une dernière fois dans le vieux Chaoué,

nous espérons y retrouver tous ceux

pour qui ce théâtre a eu une signification particulière

dans son histoire d’artiste ou de spectateur…

vous êtes les bienvenus pour participer à cette dernière soirée

dans votre Chaoué avant sa peau neuve…

Appelez nous, on vous attend…

Avec le gâteau et les bougies !

Pascal Larue, le 03 septembre2013

New layer...
New layer...
 
La lettre de janvier 2013

Chèr-e-s ami-e-s,

Je viens de trouver un livre formidable pour la rentrée : « Sortir du mal-être au travail. » C’est l’histoire d’un mec qui se suicide à cause du boulot. Enfin un mec : un par jour ! Selon les statistiques. Et ça se passe chez nous. Ils devraient arrêter de bosser avant.

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Bon y’en a sept cent par jour qu’ont arrêté de bosser l’an dernier. Mais eux sans le vouloir. En plus des millions qui bossaient déjà pas. Pas facile de mettre le beurre dans le pinard quand  t’as pas de boulot, hein Gérard ! En plus, t’as même pas le sourire de la crémière, tu te fais traiter de fainéant ! Alors ceux qui peuvent, préfèrent se tuer au boulot.

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Aujourd’hui, à part les excellents t’as deux choix : être malade d’aller au travail ou être malade de ne pas en avoir. Être excellent c’est être le meilleur, le performeur, le productif plus plus pour avoir son dû. Sinon le chômdu ! Dans notre meilleur des mondes « du bonheur pour tous avec Coca Chose, pour les petits et les glands, pour les costauds et les éléphantes avec ou sans sucre », il ne s’agit plus seulement de soumettre les corps, de les rendre esclaves de la machine, de la cadence, du petit et grand chef comme dans le vieux temps de papa mais plus subtilement influencer nos penchants conscients et inconscients, diriger le moi de chacun.

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Ils veulent qu’on soit parfait. Aux normes zéro défaut. Au boulot vous devez toujours être le meilleur, le mieux noté sans jamais déraper, et je ne parle pas que des motards, hein Gérard ! Dans ce monde merveilleux du Coco Cala ou du Caca Colo il y a trois catégories qui disent dans le bouquin : les excellents, les exclus et la majorité des autres qui n’a qu’une trouille, perdre son boulot. Sauf qu’on n’appelle plus ça trouille mais stress… On change de nom mais le symptôme est le même, tu serres les fesses.

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Et cette nouvelle pensée a un nom, « le management », prononcer manadgemeunte, parce que ça vient des ricains, enfin les multinationales ricaines qui nous ont envoyé ça il y a une trentaine d’années, un virus de l’organisation parfaite pour faire notre bonheur malgré nous. Cette dictature de la gestion performante sans faille enseignée dans nos écoles a été introduite partout, y compris dans nos services publics sans que personne n’y prenne garde. L’idéal y devient la norme, et qui refuserait d’aller vers l’idéal sans passer pour un crétin ou un saboteur. Le manager, prononcer manadgeur, adore les oxymores, genre « vous êtes libre de travailler 24h/24h », les oxymores, dire une chose et son contraire, sont des blagues qu’adorent les managers. Hein Gérard !

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Heureusement pour nous aider il y a des batteries de tests, entretiens psychologiques et séances d’autocritique comme au plus fort de la révolution culturelle chinoise. Si vous ne réussissez pas c’est que vous êtes mauvais. Les systèmes totalitaires finalement se ressemblent et la pensée managériale, prononcer comme ça s’écrit, du capitalisme moderne emprunte au même pouvoir imaginaire, il s’agit toujours de nous faire croire que nous allons construire un homme nouveau, idéal, supérieur et cela vaut bien quelques souffrances, dépressions et suicides passagers ! Allo Allo, France t2L2COM, service réclamations, Allo bip bip bip… Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Nous promettre l’idéal et mettre un doigt permanent sur nos imperfections ça permet de cacher les déplorables résultats. Le phénomène, insidieux, inverse les facteurs, l’entreprise ou le service public n’est plus au service de l’homme mais l’homme est une ressource pour l’usine, le bureau, l’atelier. Les ressources humaines ont remplacé le personnel. Du coup on est seul et impersonnel dans ce nouveau concept. La solidarité disparait et le sens du travail aussi. Au temps des corps soumis on se révoltait, maintenant on stresse. Et hop, la lutte des classes à la poubelle, et vive la lutte des places, clament avec un brin d’humour, les auteurs sociologues du bouquin. Le plus drôle est qu’ils constatent que beaucoup de responsables politiques, qui prônent une organisation sociale au service de l’homme, utilisent aussi ces méthodes. Parfois sans même s’en rendre compte. Parfois.

Coluche tu nous manques, Gérard veut s’en aller !

Pourtant disent nos auteurs la plupart des cadres n’y adhèrent pas mais le Moi de chacun est un capital à faire fructifier. Et séduire le Moi ça paye : demain vous serez tous les meilleurs, en faisant toujours plus avec toujours moins ! Oxymore quand tu nous tiens. Et c’est en France que cette nouvelle organisation du travail produit le plus de stresssss. Coût estimé dans un rapport ministériel entre 3 et 4% du PIB.  Nous sommes tous soumis à cette dictature. Une troupe de théâtre doit créer le meilleur spectacle, toujours  plus excellent que le précédent. Construire avec le temps et des hauts et des bas une œuvre, un projet à long terme n’a plus de sens. Et les normes du spectacle toujours plus excellent c’est quoi ? Vous êtes bon vous, vous êtes passé à la télé et le lendemain jetable avec les mouchoirs et les rasoirs. Heureusement nous avons notre Gérard, notre Obélix national, planté place de la discorde pour nous aider dans notre démonstration. Je pars nous dit Gérard, parce que vous voulez sanctionner le talent. Voilà l’idéal du Moi de ce système. Moi je suis excellent alors je vaux des millions de fois plus que les autres, sous entendu tous ceux qui gagnent moins sont moins bons, voire mauvais. Nos excellents grands patrons disent la même chose ! A part Dieu, Gérard, s'il a jamais existé, qui peut valoir des millions de fois plus qu'une autre personne. Même un enfant comprend le mépris d’une telle pensée. Une pensée qui dit que l’argent est la mesure du talent et de toute chose.

Coluche tu nous manques. Heureusement il reste tes restos, ton cœur, ton talent et ton pognon ne sont pas perdus. On t’a dit que cette année il y en avait 15% de plus qui viennent se baffrer à l’œil. Salauds de pauvres, hein Gérard ! Tu hurles,  je suis Européen, une Europe où le talent peut trouver des paradis fiscaux, par Toutatis. 

Nous on va résister, créer de nouveaux villages gaulois et comme la bonne année n’apporte pas que des mauvaises nouvelles, la librairie « Entre les dalles » va peut-être rouvrir si on l’aide (http://lherberepousseentrelesdalles.blogspot.fr)...

Vous y trouverez surement le livre de Vincent Gaulejac et Antoine Mercier « Sortir du mal-être… »

 Pascal Larue, le 03 janvier 2013


 
La lettre du 3 Septembre 2012

Chèr-e-s ami-e-s,

Confortablement installé au volant de ma voiture ce matin, en passant devant un pré jauni par le soleil, j’ai vu un bœuf, un gros bœuf la tête pris dans les barbelés, pointe enfoncé dans son cou qui s’acharnait à vouloir brouter l’herbe du fossé. Il poussait si fort que je me suis demandé s’il serait capable de casser la barrière. Il faut dire que l’herbe du fossé était verte, grasse et le champ bien sec. Dans la voiture les informations évoquaient le flux d’immigré venant principalement d’Afrique et des pays touchés par la sécheresse, qu’il fallait réguler, c'est-à-dire empêcher d’entrée ou refouler. Je me suis dit, j’espère que les barbelés sont assez solides, sinon il faudra renforcer les clôtures, imaginons que ces animaux puissent passer les barbelés, nous risquons de graves accidents. Je me suis mis à réécouter les infos et justement le Ministre promettait de remettre aux programmes des écoles une morale pas chrétienne, mais laïque et citoyenne. J’ai eu une pensée émue pour ces pauvres gens qui meurent de faim et qu’il faut renvoyer en avion dans leur désert. Peut-être dans les nouveaux Airbus A380 que j’ai pu visiter cet été dans les usines de Toulouse avec mes enfants. Ils peuvent contenir 525 passagers avec des tas de performances uniques nous a confié une hôtesse souriante. Ce qui justifie largement son coût de plus d’un demi-milliard d’Euros pour un modèle standard. La capacité des hommes à produire des merveilles technologiques est toujours un étonnement.  Belle visite instructive. Mais le plus étonnant est que nous avons eu la chance unique, toujours d’après l’hôtesse charmante d’approcher un des cinq premiers avions fabriqués, ce qui d’habitude ne se fait pas. Devant notre étonnement de ne pas voir de marque d’une compagnie sur le fuselage, elle nous avoua après un petit temps de suspense amusé qu’il venait d’être vendu à un particulier et qu’il consommait quinze mille litre de kérosène au décollage, ce qui pour 525 places était peu, ajoutant beaucoup moins en moyenne par passager que votre consommation de voiture au cent kilomètre. Évidement le modèle pour le particulier serait équipé d’appartement privé avec jacuzzi et sauna. Dans le poste il était justement question du prix des carburants qui avaient augmenté de douze centimes environ mais qu’on allait faire baisser à six pour nous rassurer. J’ai ralenti ma vitesse en me souvenant d’une publicité sur les économies d’énergie à réaliser soi-même. Le moteur de ma voiture, française fleuron de notre technologie et performante, a ronronné doucement. Je me suis souvenu, je ne saurai dire pourquoi, que le soir après notre visite, en se lavant les dents, mon fils voulait savoir comment une personne seule pouvait acheter un avion de 525 places. Je lui ai demandé de fermer le robinet pour ne pas gaspiller l’eau et répondu qu’il avait peut-être une grande famille. Le lendemain matin je m’étais disputé bêtement avec ma femme qui éteint les multiprises chaque soir parce que mon portable n’avait pas pu se recharger ! La radio a continué de nous informer en insistant sur la nécessité de retrouver la croissance chez nous pour retrouver la confiance, il faut booster nos performances sinon d’autres avec de meilleurs performances viendront brouter nos bonnes herbes, optimiser nos consommations d’énergie en consommant moins chaque fois pour consommer plus d’autres fois. Notre président a dit que nous étions attaqués par les spéculateurs de la finance, que les Français devront  faire des efforts et aider les banques. Je me demandais la différence entre banque et finance quand une brève annonçait que la première fortune de France avait demandé à devenir belge. Une bonne blague s’il n’y avait toujours une cinquantaine de mort par jour en moyenne en Syrie depuis un an mais la majorité des pays du monde a promis de faire quelque chose au plus vite. L’émission s’est terminée par le récit d’un voyageur venu alerter la planète, la jungle est en voix de disparition comme la banquise, puis un jingle suivit d’une publicité pour une banque. J’ai changé de station devant un panneau annonçant un forum sur la démocratie participative et je suis tombé sur une émission de santé mentale. Il était question de schizophrénie, une maladie qui fait souffrir de plus en plus de gens et qui posent beaucoup d’énigmes aux scientifiques.  Le terme schizophrénie vient du grec skhizô, « je divise » et « phrên », esprit. Ceci se traduit par une dissociation entre l’idée, le comportement, et la teneur affective contenus normalement de façon harmonique dans un même moment. Ainsi l'ambivalence, qui signifie ici la tendance du sujet schizophrène à avoir à l'égard d'un même objet des sentiments et des attitudes contradictoires et simultanés. C’était le jour de ma rentrée au travail et je répétais mentalement un bout du texte de mon prochain spectacle : « …j’aurai aimé être Lunaire, un philosophe mais un philosophe avec humour. Pour Lunaire, y’a les philosotrophores et les rigolos. Lunaire dit qu’entre les deux il y a la philosorie et la rilosophie, l’amour du rire et le rire de la sagesse. Il y a toujours le rire. C’est là qu’on se retrouve. Le rire ça nous réunit. Mais Lunaire il dit que le rire c’est fragile… »          

 

 Pascal Larue, le 03 septembre 2012                                          
 
Lettre du 9 janvier 2012

Chèr-e-s Ami-e-s,

J’aimerai pour la nouvelle année vous raconter une belle histoire, une histoire vraie, vous parler d’un ami, Jerzy Piwowarczyk.
Lire la suite...
 
Lettre du 1er mars 2012

Chèr-e-s ami-e-s

Le langage peut-être une arme, les mots des projectiles.
Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 de 12

Recherche

Consultez ou téléchargez notre porgramme 2017/2018 en bas de page.

Toutes nos lettres